L’école au Laos

Le fonctionnement de l’école

En général

En fait on ne sait pas grand chose sur le système scolaire laotien. La première semaine où nous sommes arrivés dans le pays, les écoles étaient fermées car il y avait une vague de froid sur toute l’Asie et en même temps ils avaient quelques jours de vacances car ils étaient en changement de semestre.

On n’a trouvé personne pour donner des explications, nous avons visité une première fois une école primaire vide et une autre fois une école primaire où personne ne parlait anglais. Ce que l’on sait en revanche c’est que le système scolaire laotien est calqué sur le système scolaire français (maternelle, primaire, collège et lycée). En effet, la France est intervenue au Laos en temps de guerre et nous avons beaucoup travaillé avec eux par la suite. C’est pourquoi on retrouve beaucoup d’influence française à travers tout le pays : par exemple la plupart des écoles ont leur panneau écrit en français.

Les établissements

Les écoles laotiennes ont de très grands terrains. En général, l’entrée est au bord de la route et l’école est tout au bout du terrain vague qui sert de cour de récréation. Contrairement à la Thaïlande, son pays voisin, nous avons vu très peu d’écoles avec des jeux extérieurs. En général, le terrain est plutôt envahi par les vaches et les poules dès qu’il n’y a plus d’enfants. Le bâtiment en lui-même est rarement complètement fermé. Soit il y a des volets mais pas de fenêtres, soit il n’y a pas de portes, soit ce ne sont pas des murs mais des poutres de bois, bref de manière générale les écoles sont grandes ouvertes.

L’uniforme

Comme dans les autres pays d’Asie que nous avons visités les enfants sont en uniforme. Les garçons sont en chemise blanche avec un pantalon bleu foncé et les filles ont un chemisier blanc avec une jupe bleue brodée en bas.

Le matériel scolaire

Les enfants vont à l’école avec leur petit cartable dans lequel on trouve un ou deux crayons et des cahiers. Ils ont des cahiers complets d’écriture que bien sur nous ne comprenons pas car ils ont encore un alphabet différent du nôtre. Chose que nous n’avions pas vu dans les autres pays, ils ont des cahiers de leçon dans plusieurs matières : géographie, mathématiques, histoire, sciences…

L’équipement dans une salle de classe dépend d’une école à l’autre. En effet, dans la première que nous avons vu il y avait plein de choses accrochés au mur (des dessins, les nombres, les fruits et légumes…), il y avait aussi beaucoup de livres, à priori ça devait être une bonne école.

La seconde que nous avons faite en revanche était presque vide. Il n’y avait dans les classes que les chaises et des tables pour les élèves.

La rencontre avec une école primaire

C’est en se promenant en scooter dans la campagne laotienne que nous sommes tombés sur une école primaire. Hop appareil photo dans la main droite, photos de vous et Loup dans la main gauche, on fonce dire bonjour à ces petits loups qui nous ont déjà repéré depuis longtemps et qui nous attendent à la porte de la classe.

Personne ne parle anglais mais on nous accueille avec le sourire et on nous autorise à rentrer dans les classes. De gauche à droite, il y a les classes des plus petits au plus grands. Les petits doivent plus avoir l’âge d’être en maternelle mais à défaut d’autre école, ils se retrouvent ici. Ils ne sont pas très nombreux et personne ne s’occupe d’eux. Ils n’ont rien sur la table, pas de quoi s’occuper, on se demande ce qu’ils font pendant la journée.

Les deux classes suivantes sont des enfants qui ont entre 6 et 8 ans. Ils n’ont pas non plus de professeur mais certains recopient leur livre d’histoire sur leur cahier. Ils sont ravis de regarder vos photos et Loup a un franc succès ! Personne ne parle anglais et pourtant un peu plus loin on trouvera des livres de cours mais si les professeurs ne pratiquent pas cette langue, ils peuvent difficilement l’enseigner.

Les deux dernières classes sont plus sérieuses. Il y a une vingtaine d’élèves dans chaque et ils suivent le cours malgré les cris qui proviennent des classes voisines. Il y a trois élèves au tableau et ils récitent la leçon qui y est écrite tous en cœur.

On a un peu de mal à partir parce que les enfants n’arrêtent pas de nous appeler et ils se cachent aux entrées des classes. Ils sont trop mignons et nous font craquer !