La ville de Mandalay

Nous arrivons à Mandalay vers 6h du matin. Comme toujours au Myanmar les arrivées sont très matinales et les nuits en bus difficiles. On nous dépose près de la gare routière et nous partons explorer la ville à la recherche d’un hôtel. Les prix qu’on nous annonce au début sont trop élevés pour nous alors nous continuons notre chemin jusqu’à l’hôtel qu’on a repéré quelques jours plus tôt.

Mandalay, c’est une grosse ville. C’est pas très propre, ça circule dans tous les sens et souvent n’importe comment en n’oubliant pas de klaxonner au passage. On a essayé de comprendre le système de priorité au carrefour avant de se rendre compte que c’était uniquement la loi du premier arrivé qui l’emporte. C’est un peu le bordel et la ville en elle même ne nous a pas vraiment séduite..

Découverte des alentours

Après une journée de repos pour récupérer du trajet en bus, nous louons des vélos et allons explorer les environs.

Le pont U-Bein

Pour s’y rendre en vélo, ça fait une petite trotte mais la balade est sympa. Rien n’est vraiment indiqué au Myanmar donc vaut mieux avoir une bonne carte ou un GPS. Arrivés sur place, il y a déjà du monde et les étalages de souvenirs ne manquent pas. Les femmes vendent pleins d’accessoires (sac, bijoux, figurines etc…) fait en noyaux de pastèque ! C’est assez original pour le coup et une fois peint et verni il y a des trucs jolis.

Le niveau de l’eau n’est pas très haut à cette période donc on peut se balader facilement sous le pont. La vue est jolie et le lac est immense. D’un côté les birmans pêchent à la ligne ou au filet ou encore se lavent et de l’autre ils cultivent leurs champs avec leurs buffles. C’est une scène typique de la vie des birmans qu’on peut observer ici et c’est vraiment apaisant. Le pont fait à peu près 1,5 km de long et c’est le plus long pont en teck au monde. Il est haut et imposant, attention à ne pas marcher trop près du bord !

Sur la route

Après mangé, nous reprenons les vélos et on remonte vers Mandalay en passant par un autre lac très joli aussi, bien que sale par endroit. On peut s’y poser sur des chaises dispersées pratiquement tout le long mais il faut consommer quelque chose. L’avantage c’est qu’il n’y a aucun touriste, juste des locaux amoureux qui profite du calme, et pour y accéder on traverse à la fois des champs et un petit quartier aux rues étroites.

Un peu plus loin, on s’est arrêté à un « stand de sport » comme il y en a beaucoup à Mandalay. Ce sont des petites installations sur le bord de la route où on peut faire travailler les abdos, les bras ou les jambes. Le soir, ces installations sont prises d’assaut par les birmans !

Toujours sur la route, on traverse différents quartiers d’artisanat. D’abord on travaille le bois puis le fer ou la pierre et après on met en peinture et on décore. La rue des fabriques de statues en pierre blanche est marrante parce que tout est blanc ! Les arbres, les voitures, les gens qui y travaillent… On voit en noir et blanc pendant quelques instants, seuls les temples dorés sortent du lot !

Mahamuni Pagoda

Ensuite on arrive devant une énorme pagode. Elle a la particularité d’héberger en son centre un bouddha que les hommes recouvrent avec des petites feuilles d’or depuis des années. Seuls les hommes sont autorisés à toucher l’or donc les femmes restent assises à l’entrée et il y a même des caméras un peu partout dans le temple pour voir ce qui se passe à l’intérieur.

C’est un drôle de spectacle et il y a des photos qui montrent l’évolution du bouddha. Au début il était tout « maigre » mais à force de mettre des feuilles dessus, il a bien grossi et l’aspect de la statue n’est plus lisse mais forme des petites bosses.

Mandalay Hill

Un peu plus au nord de la ville se trouve Mandalay Hill, c’est une petite colline avec une pagode au sommet. Pour l’atteindre il y a 1700 marches et comme on aime bien ça, on n’hésite pas, on grimpe ! Beaucoup de gens le font au couché de soleil mais nous, nous avons décidé de le faire dans l’après midi pour avoir moins de monde.

L’ascension n’est pas bien dure, les marches sont toutes petites et espacées donc ça se monte facilement. Il n’y a vraiment personne à part quelques marchants et quelques chiens qui dorment sur les bancs. Avant d’atteindre le sommet, il y a plusieurs petits paliers avec des statues ou des petits temples mais ils n’ont vraiment rien d’exceptionnel et vous n’avez aucune vue sur la ville car il y a plein d’arbres tout autour. Une vingtaine de minutes plus tard nous voilà tout en haut. Des panneaux vous indiquent gentiment que pour prendre des photos, vous devez vous acquitter de la somme de 1000 Kyats. Hop appareil photo rangé, promis Madame on ne prendra pas de photos ! On pensait pouvoir voir le Grand Palais mais en fait on est mal orientés et entre pollution, nuage et lumière, la visibilité n’est pas très bonne. Tant pis on préfère se détendre un peu sur les bancs.

Sandamuni Pagoda

Non loin de Mandalay Hill se trouve une autre pagode qui est entourée d’une multitude de mini stupas renfermant chacune un extrait de page du livre sacré bouddhiste. Une fois au centre, on voit des pointes de tous les côtés. C’est un endroit calme et reposant.

Grand palais

Pour finir la journée, on fait le tour des remparts du Grand Palais qui font environ 3 km². On n’a pas voulu visiter l’intérieur car le prix est élevé et la somme va soit disant directement dans les poches du gouvernement. En plus la partie qu’on peut voir est très restreinte donc pour nous ça ne valait pas le coup et ça ne nous intéressait pas plus que ça.