Le Lac Inle

Arrivés sur Nyaung Shwe, ville située au nord du lac Inle, on récupère nos gros sacs laissés pendant le trek et partons à la recherche d’un logement. La ville ne manque pas d’hébergements ni de restaurants, on sent tout de suite que le tourisme est omniprésent. Malgré le nombre d’hôtel beaucoup sont complets ou hors budget pour nous. On trouve finalement un hôtel sur la rue principale qui propose une grande chambre avec une grande salle de bain mais surtout… avec baignoire ! On est tout foufous à l’idée de pouvoir prendre un bain surtout après trois jours de trek et se reposer sur le balcon !

Un petit tour en vélo

Le lendemain, le mal de jambes ne se fait pas trop ressentir alors on décide de louer des vélos pour s’imprégner des lieux. On s’éloigne de la ville pour voir des petits villages et pourquoi pas trouver un point de vue sur le lac. Après quelques kilomètres on tombe sur une petite fabrique qui dégage une odeur super sucrée à mi chemin entre la pomme et la poire.

Curieux on s’arrête pour observer ce qu’ils font et essayer de se renseigner un peu plus. Malheureusement personne ne parle anglais, on sait juste qu’ils faisaient bouillir de la canne à sucre mais on ne sera jamais à quelle fin. Nous n’avons malheureusement pas pu aller très loin dans les villages puisque deux fois de suite nous avons fait face à des culs de sacs et même une fois, un policier nous a dit de faire demi tour.

Sur la route du retour on avait repéré un vignoble, et bon français que nous sommes, nous avons fait une halte pour y déguster le vin local. Une formule dégustation est proposée, elle permet de découvrir 4 vins différents pour un prix raisonnable. Sylvie n’étant pas amatrice de vin, seul Martin s’est prêté au jeu et n’a pas apprécié plus que ça la dégustation (surtout le vin rouge, beurk !).

Une journée sur le lac

Tôt le matin nous nous dirigeons vers l’embarcadère pour trouver un bateau. La veille nous avions préparé notre itinéraire pour noter ce que l’on voulait voir et éviter le circuit classique du touriste. Après une bonne demie heure de négociation avec les différents rabatteurs sur le quai, on arrive finalement à se mettre d’accord sur l’itinéraire et le prix et nous voilà partis pour une journée sur le lac accompagnés par une espagnole.

A peine arrivés sur le lac, les « faux » pécheurs se mettent en position pour la photo touristique, libre à vous de leur donner quelques sous ou non. Pour notre part, nous avons fait mine de ne pas regarder (en prenant un photo en douce quand même :-p) et le bateau a continuer sa route sans s’arrêter.

Un peu plus loin, on commence à croiser de vrais pécheurs : ceux qui sont habillés comme tous les jours, qui travaillent sur leur bateau de fortune, qui jettent leurs filets à l’eau et tapent avec leur rame et qui pagayent avec leur jambe. Un magnifique spectacle qui se déroule en avant plan des montagnes, dans la brume du matin sur l’eau noire du lac Inle. On se serait crus dans une autre époque, c’était magnifique.

Pour commencer les visites, le bateau s’arrête à deux endroits que nous n’avions pas demandés mais touristes que nous sommes, il semble bien que nous n’ayons pas vraiment le choix. Le premier arrêt se fait dans une fabrique de bijoux en argent et un autre arrêt dans une sorte de boutique de souvenirs. Il y a même les femmes au long cou qui sont là pour prendre la photo avec les touristes, nous ne nous attardons pas plus, ce n’est pas ça qui nous intéresse.

Pagode In Dein

Cette pagode ne fait pas partie du circuit classique car elle est excentrée, il faut prendre un long canal pour y arriver et en général les bateaux demandent un supplément pour se rendre là bas. Néanmoins le chemin pour y aller est sympa, on passe plusieurs petits barrages étroits où le niveau de l’eau gagne 30 cm d’un seul coup. Une fois le pied à terre, il faut traverser un long chemin couvert rempli de petits commerçants pour arriver à la pagode. Mais le plus intéressant, ce sont les centaines de minis stupas en ruines de part et d’autre du chemin qui donne une ambiance particulière.

Fabrique d’ombrelles et papiers

On voulait voir comment ils fabriquent les ombrelles car on en trouve de très jolies mais on a été vite déçus une fois arrivés sur place. En effet, il y avait deux jeunes filles qui se sont mises à travailler (c’est à dire à taper du marteau sur le papier mâché) juste le temps qu’on prenne une photo et après hop on vous emmène dans le magasin ! On n’aura rien vu d’autre de la fabrication.

Village flottant

Voilà la raison pour laquelle on voulait absolument aller au lac Inle, traverser un village flottant. Nous sommes restés sans voix face à ce tableau. Le reflet sur l’eau est juste sublime, nous avons eu un véritable coup de cœur pour ce lieu et on aurait aimé passer plus de temps ici à contempler ce paysage. C’est fou de voir comment les gens se sont acclimatés à ce style de vie. Imaginez vivre sur l’eau H24, devoir prendre son bateau pour aller chez le voisin, conduire les enfants à l’école ou aller acheter des légumes. Parfois les pilotis sont tellement fins qu’on se demande comment ça tient ! Malgré tout les maisons sont intelligemment construites et le plus fun reste les toilettes : elles sont situées dans une petite cabane sur le côté de la maison, ce sont des toilettes turques où l’évacuation va directement… dans le lac ! Huumm sympa tout ça !

Atelier tissages en coton, soie et lotus

Cette arrêt était vraiment intéressant, on y a découvert une dizaine de machine à tisser manuelle, plus complexe les unes que les autres. Il faut une sacrée patience et concentration pour faire ce travail, c’est vraiment impressionnant et on pourrait rester des heures à regarder ce travail ! De plus, on a vu comment ils fabriquaient du fil de lotus à partir de la sève c’était vraiment original pour le coup !

Fabrique de bateaux

Après mangé nous nous sommes arrêtés dans une fabrique de bateaux, on en a appris un peu plus sur la durée de fabrication et le coût d’un bateau (mais on avoue ne plus s’en souvenir donc désolés vous n’aurez pas d’info ^^).

Fabrique de cigares

Juste à côté de la fabrique de bateaux se trouve la fabrique de cigares. Au Myanmar, on voit beaucoup de gens fumer des cigares qui au passage ne coûtent pas cher. La fabrication est relativement simple bien que technique et les nanas enchaînent un cigare toute les minutes quasiment. Une personne fait en moyenne 400 cigares par jours. On a été quelque peu surpris par le composition d’un cigare : extrait de banane, anis, miel, tabac et d’autres qu’on a oublié…

Jardins flottants

Sur la route du retour nous passons par les jardins flottants. C’est fou de se dire que des légumes poussent sur l’eau ! Alors en fait ce sont des bandes de terres qui flottent sur l’eau et sur lesquels les habitants cultivent notamment des tomates. Et oui, l’homme s’adapte à son environnement !

Au final nous aurons été sur le lac de 8h30 à 17h00, c’est donc une journée bien remplie que nous avons beaucoup appréciée !

Nouvel an au lac Inle

Etant donné qu’au Myanmar, ils ne fêtent pas la nouvelle année en même temps que nous, nous avions décidé de passer la soirée du réveillon dans un restaurant tenu par un français avec Emma et Lucas. La soirée était réservée la vieille avec un bon menu en perspective mais ça ne s’est pas vraiment passé comme on l’avait prévu !

Tout d’abord, nous sommes arrivés au restaurant 2 minutes après nos amis, nous étions à la même table mais nous n’avons jamais mangé ensemble ! Ils étaient toujours servis avant nous et ont même eu le plat alors qu’ils n’avaient pas fini leur entrée. Le proprio du resto est un gars sympa mais un peu space quand même et il nous a bien fait rire. Il est aussi et surtout photographe et il y a trois ans il a filmé un film (un truc avec des moines, une femme enceinte qui meurt, un bébé qui meurt aussi, un autre abandonné et un mec malade…) bref un truc qui donne la pèche quoi et il l’a diffusé dans le resto, le soir du réveillon, à 20h… Du coup, personne n’osait parler, c’était super calme et un peu morbide en même temps, seules les serveuses couraient dans tous les sens complètement paniquées !

Concernant le repas, mise à part l’entrée qui était excellente, on a plutôt été déçus du reste qui ne ressemblait pas vraiment à ce qui était au menu. En plus, nous avions réservé le menu la veille pour 20$ et là, surprise en arrivant on voit sur la feuille qu’en fait on payera 25$, comme ça du jour au lendemain. Quand Andrea a fait la remarque au proprio, il lui a répondu que c’était à cause du coût du canard (et pas le cours du canard !! :-p)… pas de chance ils avaient pris le menu au poisson donc son excuse n’était pas très valable ! ^^ Finalement il nous a offert à chacun un cocktail pour compenser les problèmes de menu et nous avons même eu le droit à un deuxième dessert parce que le premier qu’on a eu n’était pas ce qui était annoncé.

Le repas terminé, il n’était même pas 22h et l’ambiance dans le resto était au plus plat. Finalement nous avons décidé de partir pour trouver un autre endroit un peu plus fun pour passer en 2016. Nous trouverons un peu plus loin un hôtel avec la musique à fond et des gens qui dansent dans la cour, sans hésiter on s’est invités à la fête. Minuit approchant, on a eu le droit à quelques pétard et quelques feux d’artifices tirés par les gars de l’hôtel.  « HAPPY NEW YEAR !!! » tout le monde crie, tout le monde s’embrasse c’est la fête ! Bon ça ne durera que le temps d’une chanson car à peine 2016 entamée, le personnel de l’hôtel est déjà en train de ranger les tables et les chaises… « c’est bon les touristes, vous avez fait la fête, vous avez changé d’année, maintenant au lit ! ».

On a vraiment passé une bonne soirée avec nos deux amis voyageurs et on a quand même bien rigolé des mésaventures du resto ! A bientôt les copains.